tgs.cnrs@shs.parisdescartes.fr   +33 (0)1 76 53 36 00

Ligne éditoriale de Travail, genre et sociétés

La revue Travail, genre et sociétés a été créée en 1999. Elle a succédé aux Cahiers du Mage qui existaient depuis 1995, c’est-à-dire depuis la fondation, au cnrs, du groupement de recherche « Marché du travail et genre » (Mage)[i]. Entre les revues disciplinaires, celles centrées sur le marché du travail et celles consacrées au genre, il y a un vide que nous tentons depuis de combler : une publication pluridisciplinaire et internationale qui se donne pour objet l’étude de la différence des sexes et des logiques de genre dans le monde du travail.

La création de Travail, genre et sociétés s’inscrit dans une double volonté : poser la question de la différence des sexes dans les sciences sociales du travail et inviter à la réflexion sur le travail dans le champ des recherches sur le genre ; décrypter, à partir des hiérarchies, des divisions et des segmentations qui parcourent le monde du travail, le statut des femmes et des hommes dans la société.

Au cœur de la réflexion, se trouve posée la question de l’égalité – et ce à partir de la place des uns, des unes et des autres dans le monde du travail.

Trois pôles, énoncés dans le titre de la revue, s’équilibrent :

  • Le travail, qui est notre principale grille d’analyse, les lunettes à partir desquelles nous regardons la différence des sexes. En ce sens, le travail n’est pas un domaine spécialisé de recherche, mais un fil rouge pour lire le statut des femmes et des hommes dans la société.
  • Le genre, qui est toujours présent, quelle que soit son appellation : différence des sexes, masculin/féminin, rapports sociaux de sexe, domination masculine, valence différencielle des sexes, mais aussi intersectionalité, chacun·e choisit dans notre commune boîte à outils le concept qui lui convient. En la matière, nous n’avons pas de religion.
  • Les questions de sociétés qui nous semblent cruciales au regard du genre, même si elles ne sont pas directement ou immédiatement liées à celles du travail : la prostitution, l’avortement, la parité en politique, la gestation pour autrui, les allocations familiales, le revenu universel et bien d’autres sujets trouveront toujours une place dans Travail, genre et sociétés.

Notre ligne éditoriale pourrait se résumer en une phrase : l’apport de la recherche, quelles que soient les positions des chercheur·e·s qui s’expriment. Travail, genre et sociétés n’est pas la revue d’une école, d’une tendance ou d’un courant. Elle est là pour susciter des confrontations entre chercheur·e·s qui ont des options théoriques différentes, voire opposées, mais qui partagent la conviction élémentaire qu’une lecture sexuée du monde social – et en particulier des mondes du travail – a des vertus heuristiques.

Notre démarche éditoriale se définit :

  • par la volonté de pluridisciplinarité qui a toujours été au cœur de notre travail. En vingt ans d’existence, la revue a publié des articles émanant de sociologues, d’économistes, d’historien·ne·s, de juristes, de philosophes, de politologues, de psychologues, d’anthropologues, de chercheur·e·s en sciences de l’éducation, de musicologues, etc. ;
  • par le recours systématique aux ouvertures internationales qui a été une méthode de travail utilisée pour resituer les inégalités de sexe dans des configurations sociétales diverses, pour repérer des régularités, des ré­currences et des clivages, pour réinterroger les concepts et problématiques. L’Europe, évidemment, occupe une place centrale dans nos sommaires, mais au-delà, nous nous sommes intéressé·e·s à la Chine, à l’Inde, au Brésil, aux pays de l’Est, aux États-Unis, à la Turquie, à l’Argentine.

Travail, genre et sociétés est une revue semestrielle composée de cinq rubriques permanentes :

  • Parcours présente, en ouverture de chaque numéro, un entretien biographique mené avec une figure de la recherche, de la politique ou du mouvement social qui, dans son domaine et à sa manière, a œuvré pour l’égalité des sexes.
  • Dossier réunit autour d’un thème des articles émanant de chercheur·e·s de différents pays et disciplines.
  • Mutations rend compte, par la diversité de ses apports, de la richesse de notre domaine de recherche.
  • Controverse propose une lecture à plusieurs voix – et souvent polémique – d’un livre ou d’un sujet d’actualité.
  • Critiques est la rubrique consacrée aux comptes rendus de lecture.

Travail, genre et sociétés est publiée par les éditions La Découverte depuis 2009. À partir de janvier 2014, une sélection d’articles de la revue est traduite en anglais et est accessible sur le site de Cairn. Depuis 2018, Margaret Maruani, fondatrice de la revue, a transmis la direction à Hyacinthe Ravet et à Clotilde Lemarchant qui en est la directrice-adjointe.

[i] Le Groupement de Recherche Mage « Marché du travail et Genre » a été créé par le cnrs en 1995. Devenu gdr européen en 2003, il s’est transformé, en 2010, en Réseau de recherche international et pluridisciplinaire Mage.